Vous êtes ici : Accueil > APEHVT, association de parents d’élèves du Haut Val Terbi > Le texte de la pétition
Par : APEHVT
Publié : 24 octobre 2008

Le texte de la pétition

Comment adapter l’école de nos enfants aux réalités de la géographie jurassienne ?

Le Jura possède une géographie diverse qui offre de merveilleux paysages mais qui présente un habitat très dispersé. Dans l’histoire de l’école jurassienne, des solutions multiples ont été trouvées pour que les petits Jurassiens puissent suivre l’école dans leur localité. De Montfavergier à Delémont, personne n’était oublié. La rareté des moyens de transport imposait des solutions diverses, adaptées aux différentes situations.

Aujourd’hui, les visées technocratiques modernes proposent de tout résoudre par des transports d’élèves et des fermetures des classes à faibles effectifs.
Pourtant, d’autres possibilité existent, en particulier les classes à plusieurs degrés, les CDM. À part dans les villes et les gros villages, cette forme d’enseignement était la règle jusqu’en 1992.

Par la présente pétition, nous demandons :

  • de tenir compte des variétés géographiques ;
  • de laisser les communautés locales choisir la solution qui leur paraît la mieux adaptée, en accord avec les enseignants et les parents d’élèves concernés :

  • un ou deux degrés par classe et transport d’élèves si nécessaire ;
  • plusieurs degrés par classe et maintien de la scolarité de proximité, sur le lieu de domicile ;
  • de modifier l’ordonnance scolaire dans ce sens ;
  • de donner priorité aux solutions qui renforcent la vitalité de nos communes, donc de notre canton.

Plusieurs degrés dans une classe ?


Cette solution surprend les citadins habitués à une classe formée d’élèves du même âge. Pourtant même cette classe-là est une classe à plusieurs niveaux : les élèves sont différents, ont des manières d’apprendre différentes, comprennent différemment le sens de ce qu’ils apprennent.

Les pédagogues qui conduisent la réflexion de l’école actuelle, Philippe Meirieu, André Giordan, Philippe Perrenoud, Jean Houssaye et bien d’autres, s’accordent pour recommander un apprentissage différencié, voire individualisé.

André Giordan a écrit notamment Enseigner n’est pas apprendre. Paris : L’Enseignant, 1996

Sur les questions qu’il va étudier, l’élève a déjà des idées plus ou moins adéquates. L’enseignant doit en tenir compte et créer les conditions d’un auto-apprentissage.

voir enseigner n’est pas apprendre :

Un dossier fouillé se trouve sur http://www.acsq.qc.ca/differenciation/

Voir aussi

Si toutes les classes sont des classes à considérer comme des ensembles d’élèves différents, alors la question de savoir si des élèves d’âges différents peuvent apprendre ensemble ne se pose plus.

L’école jurassienne a pratiqué ainsi, elle a même eu, en Suisse romande, un des plus haut taux de classes uniques, regroupant des élèves de la première année à la neuvième.

Notre pétition propose de permettre aux communes de choisir la solution qui convient le mieux aux réalités locales pour organiser la scolarisation des enfants. Pourquoi imposer une seule solution sur un territoire si différencié ? Les transports d’élèves sont-ils indispensables ?

Elle rappelle que l’école est là pour initier une formation qui durera tout au long de la vie. Pour cela, savoir pourquoi et comment on apprend, et ceci en développant des capacités d’autonomie est absolument nécessaire.

Les classes à degrés multiples sont un milieu favorable pour atteindre ces buts. Elles permettent également une entraide entre élèves d’âges différents, bénéfique pour s’insérer dans une communauté d’apprentissage. Ces acquis sont précieux pour la vie sociale d’une commune.

L’apprentissage différencié, que ce soit dans une classe à un seul degré ou dans une classe à degrés multiples requiert de l’enseignant un engagement très important. Il est absolument nécessaire qu’il trouve auprès des parents et des autorités scolaires un climat de coopération et de soutien.


la pétition à télécharger

PDF - 119.5 ko
APEHVT pétition 08